L’armée de résistance du seigneur et les menaces transfrontalières: Des réponses sécuritaires régionales insuffisantes et trop peu coordonnées

 | Note d'analyse politique, Sécurité, défense & armements

Par Adolphe Agenonga Chober

RÉSUMÉ:
Cette note d’analyse examine les menaces transfrontalières auxquelles une partie de la région des Grands Lacs africains, comprise entre la République Centrafrique (RCA), la République Démocratique du Congo (RDC) et le Soudan du Sud, est confrontée à la suite de la dispersion des combattants de l’Armée de résistance du seigneur (LRA), un groupe politico-religieux d’origine ougandaise. Concrètement, notre préoccupation consiste à analyser les facteurs ayant favorisé la dispersion et la persistance de ces combattants dans la sous-région, les motivations réelles cachées derrière leurs revendications et les conséquences sécuritaires qui en découlent. Enfin, il sera question d’examiner les stratégies mises en place pour contenir ces menaces et quelques pistes de solution.

PROBLÉMATIQUE:
Pourquoi la LRA persiste-t-elle malgré de nombreuses opérations déployées pour la neutraliser ? Pourquoi s’en prend-elle aux régions lointaines de l’Ouganda dont elle est originaire ? Quelles sont les conséquences sécuritaires de son incursion dans ces régions ? Comment parvenir à contrecarrer cette menace ?

CONTEXTE DE LA NOTE:
Le triangle compris entre la RCA, la RDC et le Soudan du Sud est frappé, de plein fouet, par les attaques terroristes de la LRA. De nombreuses opérations ont été engagées pour neutraliser cette nébuleuse sans pour autant y parvenir. La persistance de ce groupe semble devenir un eternel défi dans cette partie de l’Afrique. Des raids récents menés à Obo (RCA) et à Bondo (RDC) contre les populations civiles en début et mi-juin 2016 démontrent à suffisance que ces combattants sont en mesure de défier les forces de sécurité déployées dans la région.

IDÉES MAJEURES:
– La LRA constitue une menace sécuritaire pour les populations d’une région lointaine à l’Ouganda dont elle a tiré son origine ;
– En dépit des opérations militaires dirigées ce groupe, il persiste toujours ;
– Il s’illustre par des attaques sporadiques contre certains villages de la région ;
– A chaque incursion, les populations de cette région assistent impuissamment aux rapts, aux pillages des biens de valeur et de la ration alimentaire.

Comments
  • MUSAU BAKAJIKA
    Répondre

    HI CHOBERT

    I WANT JUST TO SAY CONGRATULATIONS. DO NOT STOP. GO AHEAD

    BYE.

Poster un commentaire

Nous contacter

Suggestion, information, proposition ou autre: Merci d'utiliser ce formulaire ci-dessous pour nous contacter.

Illisible? Changer le texte. captcha txt