Les droits de l’Homme en RD Congo après la mort de Floribert Chebeya: Régression ou progrès

 In Note d'analyse politique, Sociétés, conflits et justice

Par Eric Tshimbombu Wa Tshimbombu

RÉSUMÉ:
Depuis l’ignoble assassinat de l’activiste Floribert CHEBEYA et de son chauffeur Fidèle BAZANA, la problématique des droits de l’Homme en RDC inquiète la Communauté internationale de manière particulière. Les rapports accablants du BCNUDH et des ONG nationales et internationales sur les violations des Droits de l’Homme, particulièrement durant les deux derniers processus électoraux cristallisent cette inquiétude. Plusieurs observateurs pensent que la RDC n’est démocratique que de nom. Les droits économiques, sociaux et culturels aussi critiques que les droits civil et politique devant un peuple, d’une part, abandonné à un pouvoir qui vire au totalitarisme, d’autre part, déterminé à se battre pour conserver les acquis démocratiques ; l’usage de la Responsabilité de protéger (R2P) des Nations Unies est opportun pour éviter à la RDC une crise humanitaire plus gravissime.

PROBLÉMATIQUE:
Les réflexions de la présente note tournent principalement autour de la question suivante :
Après l’affaire CHEBEYA, quelle est la situation des droits de l’Homme en RDC ?

CONTEXTE DE LA NOTE:
Cette note intervient dans un contexte chaotique caractérisé par le non-respect de l’ensemble des droits de l’Homme en RDC. Ce non-respect a eu son apogée à l’assassinat d’un activiste en 2010, ensuite il a continué durant tout le processus électoral de 2011, et enfin il a perduré pendant toute la gestion du pays durant le mandat de Kabila qui a légalement couru entre décembre 2011 et décembre 2016.
Cette dernière année est entourée d’une crise violente de légitimité du gouvernement Kabila à cause de ses manœuvres qui ont fait échec à la première alternance démocratique en RDC. La répression de la population qui réclame son départ inquiète la Communauté internationale. C’est à ce titre qu’il est impérieux de faire un état des lieux et de proposer des solutions contre cette hémorragie, pour rétablir l’ordre international1 troublé à cause des violations massives des droits de l’Homme, et, contribuer à un développement des valeurs de la bonne gouvernance et de respect des droits de l’Homme par le concours des ONG nationales et internationales des droits de l’Homme et des Organisations internationales.

IDÉES MAJEURES:
Trois idées majeures :
– Dans un contexte caractérisé par la recrudescence des tentatives dictatoriales, la jouissance des droits civils et politiques en RDC est mise en mal ;
– Les droits de l’homme étant caractérisés par leur interdépendance, la violation des droits civils et politiques affecte ipso facto les autres droits de l’homme en RDC ;
– L’implication de la Communauté internationale voire la mise en œuvre de la Responsabilité de Protéger (R2P1) en RDC paraît comme la solution adéquate pour la protection de la population congolaise et le respect de ses droits.

Leave a Comment

Nous contacter

Suggestion, information, proposition ou autre: Merci d'utiliser ce formulaire ci-dessous pour nous contacter.

Not readable? Change text.