Skip to content

Investir dans la construction des communautés de pratique pour la prévention de l’extrémisme violent en Afrique

Investir dans la construction des communautés de pratique pour la prévention de l’extrémisme violent en Afrique

Imaginer un devenir-en-commun. Penser l’en-commun à travers quelques romans de Léonora Miano

Par Perrin Banzeu

RÉSUMÉ:
La complexité de l’extrémisme violent légitime la mise en place de communautés de pratique qui sont une nécessité pour développer une compréhension commune et élargie des causes de la violence extré­miste et des moyens de les prévenir au sein des sociétés africaines. Cette note s’attache à le démontrer en prenant comme cas d’étude l’initiative des conversations régionales pour la prévention de l’extré­misme violent au Sahel-Sahara.

Lors de la présentation de son Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent (PEV) du 24 dé­cembre 2015, le secrétaire général de l’ONU a mis en emphase la nécessité « d’adopter une approche plus globale, qui comprenne non seulement les mesures essentielles de lutte contre le terrorisme axées sur la sécurité actuellement mises en oeuvre mais aussi des mesures de prévention systéma­tiques qui s’attaquent directement aux causes de l’extrémisme violent, auxquelles on doit l’émergence de ces nouveaux groupes plus violents ». En réponse à cet appel, les conversations régionales pour la prévention de l’extrémisme violent au Sahel-Sahara ont été initiées afin de traduire en acte cette évolu­tion dans la manière d’adresser des réponses à la violence extrémiste.

IDEES MAJEURES :
Les conversations régionales pour la prévention de l’extrémisme violent au Sahel-Sahara sont une
communauté de pratique construite autour du triptyque suivant : une raison d’être qui justifie leur
existence, une communauté d’appartenance composée d’une pluralité d’acteurs et une pratique commune
partagée par les membres de la communauté.

Elles sont par ailleurs, un écosystème d’apprentissage qui donne lieu à l’émergence en intelligence
collective de nouvelles connaissances sur la transformation des causes profondes de la violence extrémiste.
Un réel effort doit être engagé pour poursuivre et intensifier la mise en place de communautés de pratique
pour la prévention de l’extrémisme violent en Afrique, eu égard aux nombreux bénéfices qu’elles
peuvent apporter dans l’édification de sociétés apaisées.