L’ “authenticité” sénégalaise: Une dialectique de l’ouvert et du fermé. Recensement de “L’avenir de la tradition” de Souleymane Bachir Diagne

 | Afrique de l'Ouest, Delphine Abadie, Développement & Reconstruction, Note de lecture, Note de recherche

Delphine Abadie | Chercheure indépendante.

A contrario de couples conceptuels opposant l’ « authenticité » à l’« acculturation », Souleymane Bachir Diagne explore dans ce texte la manière dont des influences étrangères – tout particulièrement, celle de l’islam – ont induit des logiques de redéfinition des valeurs dites traditionnelles au Sénégal. En mobilisant une heuristique de la « dialectique de l’ouvert et du fermé » et la notion-clé d’« évaluation », l’auteur réfute la conception réductrice d’une identité rattachée à l’espace fini du terroir et démontre que les valeurs se réinventent en fonction des mouvements de déterritorialisation et de reterritorialisation des lieux de sens. Il présente enfin la crise de sens contemporaine comme le fruit d’une urbanisation galopante, beaucoup plus que d’une aliénation culturelle vis-à-vis l’Occident.

SOULEYMANE BACHIR  DIAGNE

Cette note de recherche s’intéresse à l’article de Souleymane Bachir Diagne « L’avenir de la tradition » paru dans l’ouvrage Sénégal. Trajectoires d’un État, dirigé par Momar-Coumba Diop et publié par le Codesria en 1992. Quoique datée, cette étude demeure déterminante pour qui souhaite alimenter une réflexion nuancée sur l’identité collective, au Sénégal tout particulièrement, mais aussi, sur l’ensemble du continent africain trop souvent coincé dans l’antagonisme conceptuel de « la tradition contre la modernité ».

Cette recension s’articulera autour de quatre axes. Elle débutera par une mise en contexte situant d’abord l’auteur et son parcours intellectuel et ensuite, l’article au cœur de ce parcours et des débats relatifs à la culture (I). Une fois faites ces remarques introductives, nous résumerons les grands axes du cadre théorique de Diagne et expliciterons les concepts-clés de sa pensée : dialectique de l’ouvert et du fermé, évaluations, déterritorialisation, reterritorialisation (II). Nous verrons ensuite comment se déploie cette conceptualisation dans le cas du Sénégal, en étudiant les processus de déterritorisalisation et de reterritorialisation ayant menés à l’islamisation progressive des évaluations (III). Enfin, nous reviendrons sur le diagnostic et les propositions de l’auteur quant à ladite crise d’affirmation identitaire (IV).

TELECHARGEZ LA NOTE DE RECHERCHE EN PDF

Poster un commentaire

Nous contacter

Suggestion, information, proposition ou autre: Merci d'utiliser ce formulaire ci-dessous pour nous contacter.

Illisible? Changer le texte. captcha txt