Le ralentissement du processus de paix entre les deux Soudan

 | Afrique de l'Est, Francois Vandendriessche, Note d'analyse politique, Paix & Réconciliation

Par François Vandendriessche | Master en gestion et finance internationales

soudan

Introduction
Le 9 juillet 2011, le Soudan du Sud devint officiellement le 54ème Etat africain à la suite de sa partition d’avec la République du Soudan, partition très largement plébiscitée par les Soudanais du sud lors du référendum d’autodétermination organisé au début du mois de janvier 2011 (99,57% de votes favorables à l’indépendance du pays dans les états du sud). Ce référendum fit suite aux accords de paix de 2005 qui mirent fin à deux guerres civiles terriblement meurtrières entre le Nord, arabophone et qui tenta longtemps d’islamiser l’ensemble du pays, et le Sud en quête de plus d’autonomie vis-à-vis de Khartoum. Il entérina la création du Soudan du Sud, un Etat majoritairement chrétien et animiste et qui choisit pour capitale Djouba. Pourtant, l’indépendance des deux pays n’a pas réglé l’ensemble des conflits qui les opposaient. Et si l’intervention dans ces conflits se fait aujourd’hui manière moins frontale et plus subtile que par le passé, elle contribue à entraver l’accès à une paix durable dans la région.

 TELECHARGEZ LA NOTE D’ANALYSE POLITIQUE EN PDF 

Poster un commentaire

Nous contacter

Suggestion, information, proposition ou autre: Merci d'utiliser ce formulaire ci-dessous pour nous contacter.

Illisible? Changer le texte. captcha txt