La libre circulation des personnes en Afrique et passeport continental : vers une Afrique intégrée et en paix ?

Par Félicité Jessica Ranohefy | Master en droit des affaires internationales.

UA-integration

Résumé
En cette année où l’Union africaine célèbre le cinquantenaire de son illustre ancêtre, l’OUA, avec comme fer de lance la Renaissance panafricaine, il est pertinent de revenir aux sources de sa création. Où en est l’intégration prônée par les pères fondateurs de l’Organisation ? Où en est cette volonté d’une « Afrique intégrée » fixée comme un des objectifs fondamentaux de l’Union africaine ? Il convient en effet de discuter de l’intégration des peuples d’Afrique, cinquante ans après la naissance de l’institution chargée de promouvoir l’unité du continent. Il s’agit ici d’évoquer la dimension humaine d’une organisation d’abord perçue comme une union politique, et à moindre mesure, économique.

Introduction
L’instauration d’une paix durable en Afrique passe par l’intégration des peuples à la démarche d’unité promue par l’Union africaine. Le passeport africain qui parachèvera une liberté effective de circulation des personnes au sein du continent représente un des éléments de cette intégration. Enoncé comme un des objectifs fondamentaux de l’Union dès le début des années 1990, ce principe est depuis, plus ou moins appliqué au sein des Communautés économiques régionales. Ce succès à demi-teinte amène à réfléchir sur les enjeux d’une plus grande mobilité des Africains en Afrique. Pour qu’un tel principe contribue à la paix, l’Union africaine doit s’attaquer à de nombreux défis qui rendent incertain l’aboutissement du projet de passeport africain.

Parmi les chantiers entamés pour renforcer l’intégration, figurent le principe de la libre circulation des personnes à travers le continent, puis la mise en place progressive d’un passeport africain. Cette liberté de circulation recouvre « le droit de partir et de revenir pour tous les ressortissants des Etats membres ». Elle oblige les Etats à préserver le « droit absolu de retourner dans leurs pays d’origine » pour les nationaux et les résidents. La démarche de l’Union africaine, s’inscrit plus largement dans une politique globale de lutte contre les expulsions massives de population. Afin que cette libre circulation soit effective, les pays africains sont appelés à assouplir les contrôles aux frontières et les conditions d’octroi de visas pour les ressortissants des Etats membres. Ce projet, louable, appelle néanmoins à la vigilance. En effet, s’il semble certain qu’une libre circulation des personnes aura des impacts positifs sur le développement de la région, on peut légitimement émettre un certain nombre de réserves. La présente réflexion porte sur les enjeux de la libre circulation des personnes en Afrique, sur les opportunités qu’elle ouvre mais aussi sur les risques qu’elle présente pour l’instauration d’une paix durable sur le continent. Elle se décompose en quatre parties. La première retrace l’historique du projet, la deuxième dresse un état de la question au niveau des CER , la troisième porte sur les enjeux de la question. La dernière partie présente quelques recommandations pour l’Union africaine.

[highlight bg=”#ffffff” color=”#d84a3a”]TELECHARGEZ LA NOTE D’ANALYSE POLITIQUE EN PDF[/highlight]