Paix, démocratie et droits de l’homme: Un triptyque salvateur pour la RD Congo

 In Note d'analyse politique, Pacifique Hippolyte Luabeya, Paix & Réconciliation, Politiques, stratégies & diplomaties économiques

Par Pacifique Luabeya

RÉSUMÉ:
La crise de légitimité du président Kabila conséquente aux mauvaises élections de 2011, suivie de la tentative de violation de la constitution pour un troisième mandat, menace la paix au Congo. L’idée d’un dialogue national pour les résoudre tarde à se concrétiser.
La RDC éprouve encore d’énormes difficultés à respecter les droits humains. La Cour internationale de Justice (CIJ), précise que les droits de l’homme ne font plus partie du domaine réservé de l’État. Le rétablissement de la paix, la consolidation des acquis démocratiques et le respect des Droits de l’Homme sont des éléments cruciaux dont doit tenir compte la RDC pour éviter d’être plongée dans une nouvelle crise politique dont la manifestation et la durée restent occultes.

PROBLÉMATIQUE:
La problématique tourne autour des questions suivantes :
– Le dialogue politique peut-il contribuer à préserver les acquis démocratiques dans le contexte actuel de la RDC ?
– Le pays peut-il finalement compter sur la CNDH pour une meilleure promotion et protection des droits de l’homme ?
– Quels sont les moyens ou outils efficaces pour prévenir les conflits en RDC?

CONTEXTE DE LA NOTE:
Cette note intervient dans un contexte politique agité à l’avènement des élections de 2016. Les dérapages constatés ces derniers jours par la classe politique congolaise pendant la course au pouvoir suscite des doutes sur la capacité de ce pays de conserver les acquis démocratiques et de passer à sa première transition démocratique surtout au regard de la propagande actuelle lancée par la Majorité Présidentielle sur un éventuel troisième mandat de son autorité morale. Cette situation interpelle et touche plusieurs domaines à la fois politique, juridique et sociologique. D’où il était temps de mettre en place une telle réflexion pour contribuer tant soit peu à trouver une issue pour la crise multidimensionnelle actuelle en RDC et pour prévenir un éventuel carnage qui risquerait d’être l’appendice d’un tel contexte politique.

IDÉES MAJEURES:
Deux idées majeures peuvent être retenues pour cette note :
– Son auteur propose 4 axes ou outils préventifs comme moyens efficaces pour éradiquer les causes profondes de la crise congolaise actuelle: politico-diplomatique (alternance démocratique en 2016), économique (bonne redistribution des richesses nationales pour lutter contre la pauvreté), juridique (le respect du principe de la séparation des pouvoirs traditionnels de l’Etat) et militaire (la mise en place d’une armée républicaine).
– En outre, son auteur propose comme stratégies pour réaliser ces propositions: le soutien par la communauté internationale des actions des OSC visant à obtenir des dirigeants le respect des outils préventifs ci-haut mentionnés et le conditionnement par les partenaires internationaux de l’octroi de l’Aide publique au Développement (APD) à la RDC à la réalisation de précitées recommandations.

Showing 2 comments
  • Blin Aubin
    Répondre

    Très belle réflexion, déjà moi je me dis que le dialogue ne peut être considéré comme solution structurelle pendant qu’elle est conjoncturelle. La classe dirigeante a vocation d’user du dialogue pour depasser les délais et essayer de se repositionner .
    L’actuelle crise qui sévit en Rdc est d’un cote une expression des ambitions , un manque de d’idéologie politique ( pour ceux qui appartiennent a une plate-forme et qui la torpille de dedans) et de l’autre l’expression de frustrations et de sentiments d’abandon.
    Actuellement , nous oublions que certains partis ont eu a gérer et sur l’épineuse question de rendre compte et de justification , il ya silence des morts. Pour ma part le respect des droits humains doit rester un des fondamentaux a respecter mais aussi que les instances internationales redéfinissent le droit humain. Je finirai en disant. Comment se fait il que certains pays autorisent le port d’armes qui mènent a des morts d’hommes dans le but d’avoir une paix social (pays développés) et les pays sous développés qui usent de la force pour mater la gangrène ( kuluna, assassin et autres) de la société, chose que ces mêmes pays développés ont eu a faire. On constate que la lecture du droit est taillé pour contraindre les plus faible et non pour rétablir l’égalité de tous .
    Merci

    • Pacifique Luabeya
      Répondre

      Cher Blin Aubin,
      Je te remercie pour ton enrichissante contribution. Désolé pour le retard avec lequel arrive ma réponse.
      Je suis totalement d’accord avec ta critique sur l’usage du droit. Le droit qui, dès sa conception, a été un moyen pour le rétablissement de l’équilibre social rompu, une passerelle entre l’état de nature et la société civilisée (théorie du Léviathan) est aujourd’hui un moyen pour la légitimation des intérêts des forts qui s’en servent désormais comme alibi à des fins égoïstes et inavouées. Etant donné que la théorie du Léviathan nous renseigne que c’est par consensus que le droit est né. Car il a fallu qu’à un moment donné de la vie, les Hommes se mettent ensemble pour discuter autour des problèmes de société et se trouver un interlocuteur auquel tous devaient recourir en cas de conflit en lieu et place de se rendre justice à soi-même, je pense que c’est toujours autour d’une table de discussion que la solution au problème de la perte d’identité du droit peut être trouvée. C’est aujourd’hui le cas avec la RDC. Il se constate dans ce pays que le droit est entrain d’être ballotté par le politique au point de vouloir lui faire perdre son identité. C’est pourquoi il faut un moment prendre du recul pour rappeler aux uns et aux autres le rôle que chacun devra jouer pour pérenniser le droit (respect de la constitution) afin d’éviter de revenir à l’état de nature. Et il me semble que pour y arriver, le dialogue paraît être le moyen approprié.

Leave a Comment

Nous contacter

Suggestion, information, proposition ou autre: Merci d'utiliser ce formulaire ci-dessous pour nous contacter.

Not readable? Change text.